jeudi 18 août 2016

Consultants, lobbyistes et autres…

3 commentaires:
Victor Ginsburgh

Le New York Times vient de publier deux articles importants sur le rôle des bureaux de consultants. On les appelle think tanks en anglais. Moi j’ai plutôt envie de les appeler thin tanks, et le K qui manque fait une sacrée différence, puisque on passe de penser à mince, étroit.

Les titres des deux articles en disent long : « Les think tanks prétendent être indépendants, mais ils sont devenus des joueurs importants en amplifiant l’influence des entreprises » (1). Et les sous-titres ne sont pas moins éloquents: « Les think tanks sont considérés comme indépendants, mais leurs savants (scholars dans le texte anglais!) poussent souvent les intérêts de ceux qui les financent » et « alors qu’il sont supposés être des arbitres indépendants pour les conseils qu’ils donnent sur la politique économique, un grand nombre de ces chercheurs [qui ne sont plus des savants] ont aussi des rôles dans des entreprises qui ne sont parfois [je remplacerais le mot par souvent] pas révélés ». S’ajoute à cela une interview d’Elisabeth Warren, sénatrice démocrate du Massachusetts qui définit le rôle souvent néfaste de ces consultants. Sçavants ou chercheurs, se muant en lobbyistes, ils influencent le rôle du Sénat qui vote des lois pas nécessairement favorables aux consommateurs, mais bien aux industriels (2).

vendredi 12 août 2016

Que s’est-il passé pendant les vacances ? Rien…

Aucun commentaire:
Victor Ginsburgh

Si, quand même, une bonne nouvelle. Les manipulations fiscales récentes en Belgique ont permis d’augmenter ma pension de retraité de 60 centimes (par mois, bien sûr). Hélas, la retenue de sécurité sociale a augmenté de 2 centimes, et la retenue de solidarité, qu’il ne faut évidemment pas confondre avec un impôt, est passée de 127,58 à 127,59 euros. Le précompte professionnel qui lui est un vrai impôt, a augmenté de 22 centimes. Il en résulte que l’allègement fiscal me rend plus riche de 35 centimes. J’aurais préféré recevoir un timbre qui m’aurait permis d’envoyer une lettre de remerciement au généreux donateur.

Le Portugal, en dérapage budgétaire, a risqué une amende que pouvait lui infliger la Commission Européenne (1). On aurait aussi pu demander au beau Barroso de régler le problème, maintenant qu’il a les moyens avec sa position à la Banque Goldman Sachs. Il a si bien sauvé l’UE pendant sa présidence, il peut donc aussi sauver son propre pays, le Portugal. Le coiffeur du Président Hollande pourrait aussi participer à la collecte.